1989 – Naissance d’un grand parapentiste

Après un an de méditation, je me devais de vous dévoiler d’où venait cette maîtrise parfaite de l’aile et cette technique que nul n’a encore pu égaler !

Nous sommes en avril 1989, et mes tuteurs (mon frangin et ses potes) s’essayent aux techniques de gonflage en Corse, bien avant la dune du Pyla. Tout un art.

pré-gonflage

L’été 89 arrive, et l’aile monte en Normandie. Jambes souple, le regard lointain, me voici dans une position parfaite pour crosser …

On ne gonfle pas, on vole tout de suite et on réfléchi ensuite !

Premier vol Nico
Premier vol Nico juillet 1989

La saison d’hiver est là. Ce n’est pas l’ange Gabriel, mais bien votre Serviteur, qui apprend à l’aigle royale les techniques de chasse et autres cabrioles au Chinaillon

dans la neige
Hiver 89-90

Le gypaète barbu face à son maître, doit quitter la vallée des Aravis (il sera réintroduit des années plus tard).

vol au chinaillon
Chinaillon hiver 89-90

Et cadeau, la vidéo et la reprise 30 ans après 😉

Il y a encore de bons restes après mon passage

Souvenir d’Obélix

6 réflexions sur « 1989 – Naissance d’un grand parapentiste »

  1. Ah ha ha, Salut Nico! Sympa ton blog, ça m’a fait plaisir de voir tes débuts et exploits en parapente, même si je n’y connais pas grand chose! J’ai un voisin archi fan lui aussi qui a tenté un jour de m’expliquer les rudiments.
    Maman m’a dit qu’elle avait eu l’occasion de passer un moment avec la famille Paour, et du coup qu’elle avait appris que tu habitais dans le coin… quelle surprise!
    C’est juste un coucou, mais ça me ferait plaisir de te revoir après toutes ces années, non, je rephrase ça, après ce court moment d’existence bien remplie 😉 je suis sure d’après le ton plein d’humour de tes écrits que tu n’as pas changé.
    Bon, si tu as un moment, contacte moi.
    Bises bugistes
    Flo.

  2. c’est sympa ce petit documentaire.
    cool de revoir enfin la mentor dans le ciel de bande ( à raz les arbres )
    ne change rien !
    a part de vrais chaussures avant de te péter une cheville…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *